ENOES
Formations Expertise Comptable et Audit

Maximisez vos chances de réussite au DSCG : suivez ces quelques conseils

Publié le 10 oct 2016

Nous sommes en septembre et les épreuves du DSCG doivent débuter dans un peu plus d'un mois.

Vous êtes presques prêts et pourtant, de nombreuses questions se bousculent encore. Ou vous n'avez pas eu le temps de bien travailler et vous souhaitez malgré tout réussir.

Myriam Fertout et Michel Leroy, enseignants de l'ENOES et membres du jury vous répondent par ces quelques conseils

 

Conseil n°1 : Bien manger et bien se reposer

Pour bien réviser, il faut avant tout bien manger et bien dormir. Un candidat qui veut réussir doit être en bonne condition physique pour mieux se concentrer.

Le dernier dimanche, il s'agira de s'aérer, se promener, tout simplement de changer d'air pour mieux se concentrer à l'examen.

 

Conseil n°2 : Toujours revenir au bulletin officiel

Le bulletin officiel contient le programme mais oriente également le candidat sur les exigences du jury.

C'est un document très important dans le cadre d'une préparation à l'examen. Il faudra toujours s'y référer.

 

Conseil n°3 : Comprendre la différence entre le DCG et le DSCG !

En DSCG, il faut être capable de réfléchir, d'avoir une vision d'ensemble dans les différentes matières et de disserter sur les chiffres obtenus.

Le niveau d'exigence n'est plus du tout le même. Il faut donc davantage structurer son propos, tout en utilisant les pré-requis (le programme de DCG doit être connu), dégager une problématique et élaborer un plan.

Mais tous les candidats éprouvent les mêmes difficultés. Il ne faut donc pas se décourager et continuer jusqu'au bout. Ce diplôme en vaut la peine.

 

 

Conseil n°4 : Aller à l'essentiel

La date fatidique approche. Pour le candidat qui ne s'est pas bien préparé, il est presque trop tard. Il faut donc aller à l'essentiel. Parce que le bachotage ne peut pas fonctionner en DSCG.

Aller à l'essentiel, c'est dépasser la technique, aller dans les concepts.

 

Conseil n°5 : S'intéresser au maximum à l'actualité dans toutes les UE

L'exemple le plus simple, est celui du Brexit ou la croissance économique pour l'UE 6. Il faut lire la presse économique jusqu'à la veille de l'examen ou presque pour obtenir le maximum de points.

Mais le conseil est aussi valable pour les autres UE du DSCG.

 

Conseil n°6 : S'entraîner avec les annales et se mettre en situation d'examen

Les annales sont un bon moyen de s'imprégner des exigences de l'épreuve, de se mettre en situation. Le candidat apprendra ainsi à gérer son temps le jour de l'épreuve.

 

Conseil n°7 : Le jour de l'oral, ne pas aborder un auteur, si l'on ne sait rien de sa contribution à la matière et ne pas parler de son cabinet.

Le conseil est valable pour les UE 6 et 7 du DSCG. Ne pas citer un auteur que l'on ne connaît pas, en espérant que le jury ne posera pas de questions et ne pas mettre son cabinet en avant.

Le candidat est là pour parler de son mémoire, traiter un sujet et répondre aux questions qui lui sont posées. Il doit mettre l'accent sur la réflexion.

 

Conseil n°8 : Lire, relire le sujet et se relire pour ne pas se tromper

Sur une épreuve de 4 heures, prendre 30 minutes pour lire et relire le sujet au début et 30 minutes de plus pour se relire à la fin n'est jamais une perte de temps.

Au contraire, éviter les fautes d'orthographe, rendre une copie propre et soignée et bien répondre aux questions posées, sans être hors sujet est très important.

 

Les annales sont un bon moyen de s'imprégner des exigences de l'épreuve, de se mettre en situation

 

Conseil n°9 : Bien se comporter à l'oral

A l'oral, le candidat n'est pas seulement évalué sur ses connaissances. Son comportement, sa tenue, sa manière de s'exprimer seront aussi évalués.

Il s'agit souvent de montrer à l'expert-comptable membre du jury, que l'on est digne de confiance et capable de devenir un membre à part entière de cette profession.

 

Conseil n°10 : Bien structurer sa réponse à l'écrit comme à l'oral

En DSCG, la structure des réponses est très importante. Il faut un début et une fin même s'il n'y a pas forcément de plan.

A l'oral d'économie, il y aura une introduction, un développement et une conclusion. Le plan peut être basique, simple, mais surtout pas original.